⚒️ Maquettes, 🔥 RC, 🎲 jeux , 🎨 figurines… Partageons nos passions !
Blog 1001Hobbies > FR article > Pilotage sur piste bosselée d’une voiture RC tout-terrain

Pilotage sur piste bosselée d’une voiture RC tout-terrain

Afficher Masquer le sommaire

Naviguer sur des terrains accidentés est un défi passionnant pour les amateurs de voitures RC tout-terrain. Pour pouvoir pleinement tirer profit de son auto RC dans ces conditions, sur un circuit ou non, encore faut-il savoir régler son châssis en tenant compte des caractéristiques de ce dernier. Nous allons aborder aujourd’hui avec vous le cas où vous allez aller rouler sur un terrain bosselé ou sur un circuit qui affiche le même profil, et nous allons tenter de vous apporter les multiples solutions qui s’offrent à vous pour profiter au mieux des qualités dynamiques de votre châssis.

Voilà à quoi peut ressembler une piste bosselée

Repérage préliminaire du terrain : une étape cruciale

Pour commencer, sachez qu’il est tout d’abord primordial de parcourir à pied le terrain ou le circuit sur lequel vous allez rouler pour faire un brin de repérage. Cette démarche qui est souvent accomplie par les pilotes en compétition vous permettra de vous faire une idée précise des endroits où résident les bosses les plus importantes, des passages à privilégier, et des trajectoires à éviter. Car sur une piste bosselée, il faut rappeler qu’il est parfois utile voire même indispensable d’abandonner une trajectoire à priori idéale (un passage à la corde par exemple) au profit d’une trajectoire plus large en théorie plus lente, mais qui risque de vous faire gagner du temps en passant avec plus de facilité, ou bien en évitant à votre auto de se retrouver sur le toit une fois sur deux. A méditer…

Les réglages d’une auto RC sur piste bosselée

Réglage du châssis pour une conduite fluide

Pour bien régler son auto sur une piste de ce type, la première chose à privilégier est d’obtenir un châssis facile à piloter de façon à ce que vous n’ayez à aucun moment la sensation de vous battre avec votre auto. Quitte à perdre un peu en efficacité. Car sur une piste accidentée, mieux vaut avoir entre les mains une auto efficace à seulement 95% de ses possibilités, mais que vous puissiez effectivement exploiter à 95%, plutôt qu’une auto efficace à 100% qui soit totalement inexploitable.

Pour être facile à piloter, votre auto ne doit pas se révéler trop directive. Auquel cas, le train avant va avoir tendance à entraîner en permanence le train arrière et à générer de l’instabilité chronique. C’est pourquoi on vous recommande d’augmenter l’angle de châsse du train avant si vous en avez la possibilité. Ce qui s’obtient en reculant les triangles supérieurs de la cellule concernée (photo 05 & 05’), ou bien en en remplaçant les étriers des porte fusées de direction par des modèles dont l’angle est plus prononcé (photo 06, 07 & 08). Voire encore dans certains cas en remplaçant les inserts qui sont situés aux extrémités de l’une des 2 cales avant qui supportent les triangles de l’auto (photo 08’). Il s’agit de la cale qui est située à l’intérieur de la cellule avant sur le dessus (photo 08’’), ou de la cale qui est située derrière le pare chocs (photo 09).

Si le circuit ou le terrain, bien que totalement minés, conservent un rythme rapide, on vous conseille également de modifier l’empattement (autrement dit la distance qui sépare les 2 essieux) en allongeant la valeur de celui-ci. Cette modification s’obtient en reculant les porte fusées de la cellule arrière via une petite cale.

L’empattement mesure la distance d’essieu à essieu.

Equilibrer adhérence et contrôle pour une conduite prévisible

Abordons maintenant le lien de cause à effet qui existe entre l’adhérence donnée aux roues et la faculté que va avoir l’auto à épouser les bosses ou à décrocher au passage de celles-ci et à se retourner purement et simplement.

Pour avoir une auto qui réagisse de manière prévisible dans les bosses et qui reste facile à piloter en toute circonstance, le principe à appliquer est simple : il faut enlever de l’adhérence aux roues. Pour ce faire, vous pouvez d’abord recourir à des pneus montés sur des jantes plus larges, notamment à l’arrière du véhicule (photo 012 & 013). A l’avant, évitez quand même, car sinon, l’auto risque de se mettre à trop sous virer et à manquer de réactivité dans les virages.

Dans les parties bosselées, un autre paramètre très important qui est à prendre en compte est l’angle d’anti-cabrage. Celui-ci décrit l’inclinaison des deux axes qui supportent les triangles inférieurs arrière (photos 014 et 014’). Plus l’angle d’anti-cabrage est important, donc plus les triangles sont inclinés à l’oblique, mieux votre auto va épouser les bosses sans se mettre à gigoter dans tous les sens. Sur un circuit où un terrain très bosselé, on vous recommande de porter l’angle à au moins 2 à 3 degrés. Ce réglage peut s’obtenir en remplaçant l’une des 2 cales de cellule par des versions à l’angle plus prononcé si le constructeur vous le propose (photos 015). Sinon, il s’obtient sur les autos dont les cales de cellule arrière sont équipées d’inserts gradués. Pour ce faire, il suffit de placer les inserts adéquats qui permettent d’augmenter l’inclinaison des axes en question. Le réglage se fait généralement sur la cale qui est située tout à l’arrière en porte à faux du châssis (photos 017 & 018).

On peut modifier l’anti-cabarge en remplaçant la cale qui est située en porte à faux de la cellule arrière.

Le réglage peut également s’effectuer via la cale qui est située à l’avant de la cellule arrière en direction de la transmission centrale (photo 019).

L’anti-cabrage peut également varier selon le degré d’inclinaison proposé par la cale avant de la cellule arrière.

Maintenant, lorsqu’on arrive sur une piste ou un terrain bosselé, la première chose interessante à faire consiste à augmenter très légèrement le degré de carrossage négatif des roues. Et ce aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Cette mesure aura pour effet d’enlever un peu de grip latéral à vos roues pour aider votre auto à enrouler dans les virages. Rappelons qu’en mettant du carrossage négatif sur les roues avant, vous rendrez par la même occasion le train avant moins directif (photo 019’). Ce qui est le but recherché dans le cas présent. En accentuant le carrossage négatif sur les roues l’arrière, vous reviendrez également à faire en sorte que votre voiture engage nettement moins en entrée de virage (photo 020).

Pour peaufiner le travail, on pourra redéfinir aussi la prise de carrossage des roues. Et ce aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Pour aider votre voiture à mieux se comporter sur les bosses, privilégiez plutôt les ancrages les plus bas que vous trouvez sur le support avant où sont fixés les triangles ou les tirants supérieurs (photo 021).

Dans les bosses, la prise de carrossage négatif à l’enfoncement doit être accentuée en abaissant les points de fixation des tirants ou des triangles avant supérieurs via leur support.

A l’arrière, votre auto se comportera mieux dans les bosses si les tirants ou les triangles supérieurs de la cellule sont également fixés sur les ancrages les plus bas du support qui retient les amortisseurs (photo 022).

Dans les bosses, la prise de carrossage négatif à l’enfoncement doit être accentuée en abaissant les points de fixation des tirants ou des triangles arrière supérieurs via leur support.

Optimisation de la suspension pour une traction maîtrisée

L’autre disposition essentielle à prendre sur votre auto pour piloter plus sereinement dans les portions de terrain bosselées fait référence à la suspension. Pour que le train avant et le train arrière n’adhèrent pas trop à la surface, il est primordial de redresser la position de ses amortisseurs sur les deux cellules avant et arrière (photo 023). On pourra ramener les amortisseurs vers une position plus proche de la verticale en utilisant les points de fixation les plus écartés des supports qui sont situés sur le haut des cellules (photo 024 & 024’). Puis en se servant aussi des points d’ancrage qui sont mis à votre disposition de part et d’autres des triangles inférieurs de la suspension, en ramenant cette fois les amortisseurs plus proches des sorties de différentiel (photo 025).

Conduire sur terrain cabossé peut être exigeant, mais avec les bons réglages et une technique appropriée, vous pouvez relever ce défi avec succès. Assurez-vous bien que votre voiture RC soit en parfait état de fonctionnement avant chaque session de conduite et effectuez régulièrement l’entretien et la maintenance de votre buggy pour éviter les pannes et maximiser les performances. Bonne route !

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires